Union Départementale CGT de La Creuse
Accueil > Les syndicats du département > SECTEUR DU PRIVE > METALLURGIE > ALTIA(anciennement wagon, SONAS, HALBERG ) > Compte rendu et Déclaration commune CGT, CFDT, CFE-CGC, FO

Groupe SONAS Automotive La Souterraine / Bessines sur Gartempe / Beaucourt / Saint Nicolas d’Aliermont

Compte rendu et Déclaration commune CGT, CFDT, CFE-CGC, FO

Suite à la rencontre au Ministère de l’Industrie 26/03/09

mardi 31 mars 2009

COMPTE RENDU

Une délégation de l’ensemble des organisations syndicales de tous les sites de SONAS s’est rendue au ministère de l’industrie appuyée par 200 salariés(es).

Nous avons rencontré Philippe GUSTIN Directeur Adjoint au cabinet de Luc CHATEL et son assistant B.BAUGE.

Cette rencontre avait pour objectif dans cette période charnière, d’affirmer notre attachement à notre entreprise, à nos emplois.

Le groupe SONAS doit être considéré dans sa globalité, les 4 sites et les 886 salariés. Il y a complémentarité entre les sites, géographique, industrielle.

Complémentarité géographique avec
· un site à l’ouest (St Nicolas) à proximité de Renault et Citroën,
· un site à l’est (Beaucourt) à proximité de Peugeot
· et deux sites dans le centre, près d’axes routiers et ferroviaires, permettant aussi une déserte vers le sud de l’Europe et un rapprochement avec l’aéronautique.

Complémentarité industrielle, car si tous les sites font de l’emboutissage (coeur de notre métier) et de l’assemblage complexe, tous ont des atouts apportant une valeur ajoutée supplémentaire.

Que ce soit par leurs technicités (aluminium, développement de prototype...) et/ou leurs process de finition (Géomet, cataphorèse...).

De surcroît, le positionnement en rang 1 avec les constructeurs automobiles, est essentiel pour la vie des sites et surtout pour le maintien de l’activité, et des emplois.

La recherche de nouveaux clients, équipementiers automobile doit être amplifiée en mettant l’accent sur les possibilités de les accompagner en développant des fonctions complètes.

Pour l’illustrer, avec Meïllor, une coopération peut être mise en place pour proposer des carters peints avec joint, les vis, prêts à monter ; ou encore avec AUTOLIV et NACAM afin de fournir des ensembles de direction, tel que le développement des volants à moyeu fixe.

Même si des marchés hors automobile commencent à émerger, ils doivent être mis en valeur et accentués par un réseau de commerciaux dédiés et en s’appuyant sur les collectivités, par exemple, en ce qui concerne le Ferroviaire ou EDF...

D’autres secteurs peuvent être explorés, tel que l’aéronautique, l’agricole, le véhicule industriel, ou encore le médical, le bâtiment, voir l’ameublement.

Toutes ces possibilités, toutes ces complémentarités ne peuvent être mises en oeuvre, que par l’intermédiaire du maintien et du développement des savoirs faire. D’une conception globale de l’entreprise avec les femmes et les hommes qui la compose.

Nous connaissons notre entreprise, nous nous sommes tous beaucoup investis.

Actuellement nous subissons une situation créé par des choix commerciaux, industriels et financiers effectués par des …SER, WAGON, ISTRA, SONAS.... Choix que nous avons toujours dénoncé.

Aujourd’hui, nous salariés, nous nous retrouvons devant un précipice.
Notre entreprise est rentable, durable. Nous avons décidé de ne pas rester à la phase de constat et nous vous portons des questions qui ne doivent pas rester sans réponse.

1. Trésorerie ; L’administratrice judiciaire a fait son plan de trésorerie sur 3 mois à partir du 20 janvier. Le tribunal a accordé une période d’observation jusqu’au 20 juillet.

Cette période doit être mise à profit pour trouver une solution afin de sauvegarder SONAS dans son intégralité, les 4 sites et les 886 salariés.

Nous vous sollicitons donc afin d’obtenir la trésorerie auprès de l’état, des constructeurs ou des banques.

Il y a 15Millions d’Euros bloqués dans les banques. L’état peut il débloquer cette situation ?

Teneur de la réponse de P. GUSTIN :
- L’état est intervenu, mais pour l’instant il n’y a pas d’effet. Dans tous les cas, l’état souhaite laisser du temps pour trouver un repreneur sérieux, avec un projet. S’il faut aller jusqu’au 20 juillet voir plus, il le faudra...

Si vous avez été sauvé au mois de janvier ce n’est pas pour vous faire crever aujourd’hui !

2. Depuis le départ, l’état et les constructeurs sont intervenus sur le dossier SONAS, par l’intermédiaire du CIRI, dans quel objectif ?

Teneur de la réponse de P. GUSTIN :
- Le seul objectif est de sauver SONAS.

3. Notre avenir passe par un repreneur. Quelles sont les aides qui peuvent lui être attribuées ? Quelles sont les critères d’attributions ?

Teneur de la réponse de P. GUSTIN :
- Actuellement, il y a une étude qui s’opère sur l’ensemble des sous-traitants. L’état se préoccupe de l’industrie. Ils définissent le montage qui va permettre la survie de tout ou partie de SONAS.

Concernant les fonds :

- la charte automobile doit être activée pour venir en aide sur toutes les régions,
- le fond Automobile est doté de 600Millions d’euros (200 PSA + 200 Renault + 200 de prêt de l’état) dont la gouvernance est assuré par les constructeurs automobile afin de permettre la réorganisation du secteur.

Le conseil régional du Limousin a avancé 200K€ à SONAS, il y a des possibilités d’étendre cette avance de 300K€, cette argent est soumise à condition. Est ce cumulable avec les aides de l’état ?

Teneur de la réponse de P. GUSTIN :
- Oui, tout ceux qui voudrons et pourrons contribuer son les biens venues.

4. Depuis le départ, nous sommes considérés comme des spectateurs, nous voulons être acteurs.

Avec le comité central d’entreprise nous avons déclenché un droit d’alerte, droit d’alerte avec lequel, par l’intermédiaire d’un cabinet d’expertise, nous avons lancé une analyse socioéconomique à laquelle nous associons un projet (en cour d’élaboration), afin de préserver l’intégralité des 4 sites, et des 886 emplois.

Nous connaissons notre boîte, nous avons des propositions. Comment l’état nous aide à les faire prendre en compte ?

Teneur de la réponse de P.GUSTIN :
- Les salariés de SONAS ne seront pas autour de la table sur le fond auto, par contre je suis ouvert pour que le cabinet d’expertise du comité central d’entreprise de SONAS prenne contact avec mon cabinet avec les propositions. Afin d’effectuer une analyse conjointe.

DECLARATION COMMUNE

Après 1h30 d’entretien, nous sommes ressortis pas satisfaits car nous sommes toujours dans l’expectative, mais nous avons trouvé l’entretien constructif, dans la continuité des rencontres que nous avons eu avec les préfectures.

Aussi pour nous, il faut retenir sur les propos de P.GUSTIN,
- Si vous avez été sauvé au mois de janvier ce n’est pas pour vous faire crever
aujourd’hui !
- Possibilité d’étendre la période pour trouver un repreneur sérieux.
- Le montage qui va permettre la survie de tout ou partie de SONAS passe par l’intérêt que les constructeurs vont porter.
- La gouvernance du fond Automobile est détenue par les constructeurs
- Je suis ouvert pour que le cabinet d’expertise du comité central de SONAS vienne avec les propositions.

SONAS n’est pas écarté des sous-traitants de l’automobile. Rien n’est figé, c’est pourquoi nous affirmons que SONAS c’est 4 sites et 886 emplois !

Nous ne nous contenterons pas d’être lucide, nous n’accepterons pas la casse de nos sites ni de nos emplois.

Nous avons aussi expliqué notre entreprise, notre savoir faire et pour l’illustrer nous lui avons laissé des pièces de nos usines. Nous avons remis un écrit, reprenant nos quatre questions essentielles, accompagné des 11555 signatures de pétition.

Cette rencontre est une étape importante, nous l’avons menée ensemble.
Nous avons demandé une nouvelle rencontre avec Philippe GUSTIN après le 30 avril, et le plus tôt possible avec le préfet coordinateur...

D’autre part, il y a un Comité Central d’Entreprise à Plaisir, Jeudi 2 Avril à 14 hrs qui est aussi un rendez vous important. A l’issue de ce CCE, nous demandons la tenue de réunion d’information à l’ensemble du personnel.

Continuons ENSEMBLE !