Union Départementale CGT de La Creuse
Accueil > Activité départementale > La journée du 29 janvier 2009

La journée du 29 janvier 2009

Un succès sans précédent

jeudi 29 janvier 2009

Les premiers éléments de la journée d’action du 29 janvier 2009 s’annoncent très fort, un bon millier de manifestants à la Souterraine,

JPEG - 153.6 ko
Devant la SONAS

comme en témoigne ce rassemblement devant la SONAS.

environ 5.000 à Guéret, et Limoges en annonce 30.000. sur le plan national, 2 millions cinq cent mille ?? l’encre va couler, les divergences aussi, mais la réalité, c’est l’importance de la mobilisation qui elle, au delà des chiffres aura une portée qui marquera les esprits.

Le gouvernement devra désormais compter sur cette volonté de voir changer les choses.

(les premières impressions, résultats et photos de cette journée d’action, de grève et de manifestation, dans les jours à venir cet article va s’étoffer, nous vous invitons à y revenir pour plus de précisions)

Des précisions et impressions de la Manif

APPEL à la Mobilisation du Pays Sostranien

8 heures 30, RDV à L’UL, les irréductibles sont là, toujours prêts : Yvon, Bernard, grimpés sur le toit de la camionnette installent la sono (pas mal au dos), soutenus par les Daniels, Marie-France, Guitou, Fifi, Catherine qui finalisent les préparatifs de la manif, le circuit, les casses croûte, le stress, pourvu que l’on soit nombreux.

Départ.
rassemblement symbolique devant SONAS. Manu, ému, prend la parole.

JPEG - 24.9 ko

Il remercie les nombreuses personnes rassemblées devant le tribunal le 20 janvier 2009, ainsi que les rideaux des commerçants baissés à la Sout, puis tous ceux réunis aujourd’hui devant SONAS, car ils sont nombreux, très nombreux, qui arrivent de toutes parts, presque un millier de personnes. On n’a pas vu ça depuis très longtemps. Certains disent 68.

Le cortège se déploie sous un soleil radieux malgré la brise matinale. Les sourires sont sur les lèvres et ça fait du bien.

JPEG - 24.8 ko

Halte devant l’école Tristan L’Hermite. Les parents d’élèves prennent la parole : « Quelle école pour nos enfants demain ? Suppression de 19 postes en Creuse, des écoles maternelles au profit des jardins d’enfants, quel coût pour les familles ? Les collectivités locales ! »

J’aperçois des enseignants qui portent des dossards : RASED « si l’ascenseur social est en panne, nous nous entraînons pour être nombreux à monter les escaliers ».Quelle égalité des chances pour les enfants en difficulté ? Et l’on repart.

EDF service bradé, sortez les bougies et les mouchoirs, prise de parole de Jean-Michel : « agence fermée, plus que 6 emplois à la Sout, nous réclamons l’ouverture d’une boutique EDF ».

JPEG - 33.1 ko

Passage obligé devant la gare SNCF, fière de porter encore ce nom.
Fifi est là, son discours déchaîne la foule, « nous voulons garder nos arrêts de trains ».

Pause devant l’association des aides à domicile, là aussi les filles ont des choses à dire : « de plus en plus de sollicitations, multiplication des besoins … »

Puis, nouvel arrêt devant la maison de l’emploie. Marie-France, du comité de chomeurs, sait quoi dire et elle parle bien ( voir article). Applaudissements.

Le cortège s’étire dans la rue Montaudon, les slogans, les sifflets retentissent, l’ambiance porte les manifestants, les passants nous soutiennent, les anciens sont aux fenêtres pour nous encourager, les photographes mitraillent et la marée chaussée nous accompagne. L’ambiance est bon enfant

11h30, les infos nous arrivent enfin : 10000 manifestants à Brive, 5000 à Guéret, 30000 à Limoges, 1/2 selon la police : « à la bonne vôtre ».

Encouragements aux parents cyclistes qui traînent leurs enfants dans des remorques.
Les lycéens, les collégiens en tête de cortège tapent sur les djambés et la troupe avance en direction de la poste.

JPEG - 29.3 ko

Devant l’hôpital où notre camarade Doudou, entourée de ses collègues, évoque la casse de l’hôpital public, la précarité des patients ne pouvant plus payer les frais d’hospi, sans compter la pression mise sur le personnel : variable d’ajustement. Les copines saluent par les fenêtres. Une banderole sur le toit de l’hôpital indique : « personnel en grève »

Et l’on repart en direction de Leclerc.
Zut, il faut acheter des piles pour le mégaphone ! Christine le dit haut et fort : « les salariés des grandes enseignes ne sont pas embauchés à plein temps, salaires de misère, modulation du temps de travail, les patrons exploitent au maximum, à qui les bénefs du travail les dimanches ? »

JPEG - 28.4 ko

Et voila ! Fin du périple devant le lycée Raymond Loewy. La banderole des lycéens est portée très haut sur les marches, on y voit écrit : EN DEUIL POUR LA SUPRESSION DE NOS PROFS !!!

Manu aura les derniers mots, mots d’espoir pour la jeunesse. Cris, applaudissements, Sarko nous a-t-il aperçu ? Si ce n’est le cas, il nous verra mieux la prochaine fois !

Nous nous retrouvons rue du Coq pour partager un moment convivial autour d’un casse croûte préparé fraternellement par L’UL et Sosso de dire : « ça valait le coût de la faire chez nous cette manif, nous, au moins on a pas délocalisé et nous étions nombreux. »

Marie-Paule Davaillon-Gulyas pour la CGT Creuse